logo




Facebook

Une lettre ouverte qui dénonce le démantèlements des campements à Montréal!« Ces démantèlements ont lieu dans un contexte de multiples crises: crise du logement, crise des surdoses, crise de l’accessibilité aux services de santé physique et mentale. Ces différentes crises ont été exacerbées par la pandémie de COVID-19 mais sont niées par les gouvernements. Alors qu’il manque des logements à la tonne, que ceux qui sont disponibles sont inabordables, la stratégie actuelle de tout miser sur l’accompagnement vers le logement privé à ses limites. Si parmi les solutions mises de l’avant, le logement est certainement incontournable, les conditions pour y accéder sont peu adaptées aux besoins et aux réalités des personnes en situation d’itinérance. Comme s’il suffisait de “placer” quelqu’un dans un logement pour arrêter de s’en préoccuper. »SIGNATAIRES :▪ Aurélie Broussouloux, Réseau alternatif et communautaire des organismes en santé mentale de l’Île de Montréal (RACOR en santé mentale)▪ Caroline Leblanc, T.s , M.Serv.soc. étudiante au doctorat en santé communautaire à la l’Université de Sherbrooke menant une recherche participative sur les enjeux que vivent les personnes qui n’ont pas recours aux refuges.▪ Sue-Ann MacDonald, professeure agrégée, École de travail social, Université de Montréal▪ Marie-Andrée Painchaud, Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal (RIOCM)▪ Marjolaine Pruvost, Table des organismes communautaires Montréalais de lutte contre le sida (TOMS)▪ Annie Savage, Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM)#polmtl #polqc ... See MoreSee Less
View on Facebook

.

Démanteler les campements dans un contexte de crise du logement, crise des surdoses, crise de l’accessibilité aux services de santé physique et mentale isolent les personnes et les précarisent davantage. #polmt #polqc @MTL_Ville #itinerance https://journalmetro.com/opinions/tribune-libre/2638523/se-faire-mettre-dehors-de-dehors-au-nom-dun-logement-qui-nexiste-pas/

Il est inacceptable qu'un restant de fonds de 63M$ destiné aux organismes soit retourné à Québec en raison d'obstacles administratifs. @JeanBoulet10 #polqc https://www.youtube.com/watch?v=MHZIvSQb9jM

Quelque 350 organismes communautaires en santé et services sociaux réclament un financement d’urgence pourtant débloqué, mais que des contraintes administratives ont fait reverser dans les caisses de l’État. #JDM

https://www.journaldemontreal.com/2021/05/04/fonds-durgence-les-organismes-communautaires-veulent-plus-dargent

Load More...

logo
20 mars 2018    

Le RIOCM rencontre la Ville de Montréal

Le 30 janvier dernier, des représentants du RIOCM ont rencontré Madame Rosannie Filato, responsable du développement social et communautaire, de l’itinérance, de la jeunesse, de la condition féminine et des sports et loisirs à la Ville de Montréal. Il s’agissait d’une première rencontre de sensibilisation aux dossiers que nous portons, soit :

  • La crise de locaux abordables pour les organismes communautaires
    • Quelles actions peuvent être mises de l’avant par la Ville afin de supporter les groupes?
  • L’enjeu des taxes municipales pour les organismes dans des locaux commerciaux privés
    • Comment bonifier le programme actuel d’aide financière aux OBNL locataires qui est nettement insuffisant?
  • La question de l’autonomie des organismes
    • Que la Ville reconnaisse la Politique de reconnaissance de l’action communautaire et en respecte les principes dans ses relations avec les organismes communautaires.
  • Le suivi de la politique de développement social
    • Le RIOCM doit faire partie du comité de suivi de la politique de développement social.
  • L’impact du statut de métropole sur les consultations citoyennes
    • Quels mécanismes concrets la Ville mettra en place?

Madame Filato et son équipe se sont montré sensibles à nos préoccupations. Nous nous assurerons, dans les prochains mois, que nos demandes ne restent pas lettre morte.

Conception: Coopérative Molotov