Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Politique montréalaise pour l’action communautaire : où en sommes-nous?

Une démarche de reconnaissance de l’action communautaire à Montréal

À la fin de l’été 2018, la Ville de Montréal adoptait à l’unanimité une déclaration de reconnaissance des groupes communautaires et s’engageait du même coup à être la première municipalité du Québec à adopter une Politique de reconnaissance et de soutien des groupes communautaires. Les travaux de consultation se sont échelonnés sur plusieurs mois, permettant aux groupes et regroupements montréalais d’y participer activement. En février 2019, le RIOCM et une douzaine de regroupements montréalais ont tenu une assemblée publique sur le sujet et, un an plus tard en février 2020, ce n’est pas moins de 14 regroupements montréalais qui ont déposé conjointement un mémoire dans le cadre de ces consultations. En septembre dernier, la Commission sur le développement social et la diversité montréalaise déposait son rapport et ses recommandations, mais à l’heure actuelle la Politique n’est toujours pas adoptée. Les élections approchant à grands pas, nous pressons la Ville à inscrire ce point à l’ordre du jour du conseil municipal de juin.

Pourquoi cette politique est-elle importante pour les groupes?

L’adoption d’une politique de reconnaissance est d’une importance capitale pour les groupes communautaires montréalais puisqu’elle permet de définir, parmi l’ensemble des OBNL, ce qui caractérise l’action communautaire, l’action communautaire autonome et la défense collective des droits. Cela incitera la Ville de Montréal à respecter les pratiques des groupes.

Il faut distinguer la Politique de reconnaissance des politiques d’accréditation des arrondissements, qui constitue l’étape préalable à l’obtention d’un financement en établissant la conformité des groupes en fonction de critères déterminés par chacun des arrondissements. La politique de reconnaissance, qui est sur le point d’être adoptée par la  Ville-Centre, reconnaît les spécificités du mouvement communautaire, dont son  autonomie.

Il est important de noter que, à la suite à son adoption, l’application de la politique posera certains défis, à commencer par l’adhésion des arrondissements.

Une politique de reconnaissance à adopter sans plus tarder!

Si l’adoption de la politique venait à tarder et qu’un changement d’administration survenait à la suite des élections, elle risque de sombrer dans l’oubli. Nous insistons donc sur l’importance d’adopter cette politique dès la prochaine séance du conseil, et de mettre en place sans attendre le comité de suivi paritaire qui y est attaché, pour espérer pérenniser les gains historiques réalisés.

 

En route vers les élections municipales du 7 novembre

Le RIOCM attend avec impatience la sortie des plateformes électorales des différents partis afin de les analyser sous l’angle des enjeux sociaux et communautaires.

Que faire si un membre de l’équipe veut être candidat.e?

Dans la foulée du dernier scrutin municipal (2017), le RIOCM a produit deux guides sur les droits et obligations des employé.es  et des employeurs en matière de congés relatifs aux candidatures électorales.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin