Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Montréal plus affectée par la pandémie

Montréal est la région du Québec la plus affectée par la COVID-19, pourtant la vaccination y progresse moins rapidement qu’ailleurs. En zone rouge sans répit depuis l’automne 2020 et sous couvre-feu pendant près de 5 mois, les Montréalais et les Montréalaises – particulièrement les plus défavorisées, racisées et marginalisées – ont subi et subiront encore longtemps les impacts de la pandémie.

 

Quartiers défavorisés et racisés

Statistique Canada nous apprend que les villes de Montréal et de Toronto ont enregistré le plus grand nombre de décès liés à la COVID-19 au Canada lors de la première vague. Les taux les plus élevés sont dans les secteurs à plus forte concentration de communautés racisées, précisément les quartiers où réside une plus grande proportion de « Canadien.nes noir.es » à Montréal. (Statistique Canada) Bien que la Direction de la santé publique montréalaise (DRSP) ne récolte pas de données selon l’origine ethnique, ce que déplore d’ailleurs la Ligue des droits et libertés (LDL, avril 2020), les données populationnelles des secteurs ayant le plus haut taux d’infection révèlent que la COVID-19 frappe davantage (2,5 fois plus) les quartiers défavorisés qui sont, pour la plupart, ceux à plus forte concentration de personnes racisées et/ou immigrantes, réfugiées et à statut précaire. (DRSP) Les écarts entre les secteurs se traduisent encore aujourd’hui dans les différents taux de vaccination.

Selon une étude du SHERPA : « Certains facteurs socioculturels, économiques et structurels joueraient un rôle important […], incluant le fait d’être défavorisé sur le plan socioéconomique, d’occuper un emploi dans un secteur à haut risque d’exposition à la COVID, d’être allophone, d’avoir un faible niveau de littératie, d’avoir un statut migratoire précaire, d’être arrivé récemment, et/ou d’être l’objet de racisme. » (SHERPA, p.6-7)  Bref, comme le dit la journaliste Isabelle Hacher : « Autrement dit, le facteur de risque n’est pas la « race » elle-même, mais le racisme systémique. » (La Presse)

 

Division ethnique/raciale du travail

À Montréal, les personnes racisées et immigrantes sont surreprésentées dans les emplois au bas de l’échelle, en présentiel. Pensons aux préposé.e.s aux bénéficiaires et à l’entretien ménager, éducatrices, aux emplois des services (restaurants et épiceries), livraison et transport, dans les entrepôts et usines, etc. Elles se retrouvent plus exposées aux risques, souvent avec moins de protection. Ironiquement, les pertes d’emplois sont plus importantes et la reprise est plus lente dans les secteurs d’emplois moins bien rémunérés aussi occupés par les jeunes. Il n’est donc pas étonnant que les minorités racisées soient proportionnellement plus nombreuses à : 1) subir des « pertes financières », 2) avoir de la difficulté à payer leur loyer, 3) vivre une perte d’emploi au sein du foyer ; ce qui a été le cas de près de la moitié (49%) des personnes racisées à Montréal selon la DRSP. (DRSP) 

Allophone : La méconnaissance des langues officielles est une barrière pour comprendre les mesures sanitaires autant que pour accéder au réseau de la santé, incluant le dépistage, les soins et la vaccination. Selon le dernier recensement (2016), 63 480 des 75 060 personnes ne connaissant ni le français ni l’anglais au Québec résidaient à Montréal (Statistique Canada). Bien que la plupart des personnes âgées du Québec soient déjà vaccinées, les aîné.es allophones de certaines communautés ont de plus grandes barrières d’accès à la vaccination. Le milieu communautaire a mis en place des initiatives pour diffuser les informations en plusieurs langues dans de nombreux quartiers montréalais (fiches informatives multilingues, services d’interprètes, ateliers d’informations et vulgarisation, camions-crieurs, etc.)

 

Logement et environnement urbain

La crise du logement est particulièrement grave à Montréal en raison de la hausse significative des prix des logements disponibles et de l’étendue du parc locatif. Elle oblige de nombreux ménages à accepter des conditions de logement déplorables qui rendent le confinement encore plus pénible (appartements trop petits, en piètre état, sans jardin ni balcon, etc.). On a également réalisé que la densité de l’espace urbain montréalais laissait à sa population peu d’espace physique et mental, d’où l’importance des espaces publics de proximité et accessibles, nombreux et bien aménagés.

 

Itinérance

L’itinérance, particulièrement visible à Montréal, a été au cœur de nombreuses mobilisations, par exemple, pour exempter les personnes sans-abris du couvre-feu ou éviter les démantèlements de campements. Malgré cela, les autorités agissent avec force pour qu’elles prennent place dans les refuges d’urgence. De nombreux groupes communautaires martèlent qu’il manque de place, que les ressources ne répondent pas aux besoins de toutes et tous et que plusieurs craignent de fréquenter les refuges en raison des éclosions. (Lettre collective, 6 mai 2021)

 

Santé mentale

Conserver sa santé mentale est un défi de tous les jours pour l’ensemble des Québécois.es en ces temps de crises. Un tiers (34%) des Montréalais.e.s estime que la pandémie a un impact considérable sur la santé mentale de leur foyer, contre 1 sur 4 en moyenne au Québec. (DRSP et Fiche de la DRSP) . Cela n’est pas étranger aux facteurs mentionnés avant. L’étude du SHERPA note en effet le manque de services psychosociaux multilingues, le faible recours aux interprètes dans ces services et le stress accru des personnes à statut précaire, pour qui les démarches administratives s’allongent en raison de la pandémie (SHERPA, p.37) .

 

Une réponse collective est nécessaire

Les groupes communautaires mettent tout en œuvre pour ne laisser personne derrière, mais l’énergie et les ressources déjà limitées manquent cruellement. Les groupes ont besoin autant de fonds d’urgence immédiats que d’un réinvestissement récurrent pour réaliser leur mission, plus que jamais essentielle pour les communautés. Le milieu communautaire joue un rôle essentiel pour répondre aux demandes croissantes, notamment par l’« augmentation des besoins de soutien (soutien psychologique, relations d’aide, etc., 88,5 %), des besoins de base (alimentation, logement, etc., 72,2 %) et des besoins de référencement vers d’autres ressources (70,1 %).» (IRIS, p.36)

Avec la multiplication des concertations (cellules de crise des instances du réseau de la santé, villes et arrondissements, tables de quartier et sectorielles, etc.) et l’apparition des plans d’action COVID-19 dans les quartiers financés par le Consortium des fondations, on s’appuie beaucoup sur les initiatives communautaires, sans toutefois leur accorder de reconnaissance concrète (Le Devoir, 14 mai 2021). C’est pourtant une évidence : les groupes ont besoin de fonds supplémentaires dès maintenant et pour l’avenir, puisque les effets de la pandémie vont perdurer. Même les PDG des cinq CIUSSS de l’île soutiennent cette demande.

Les approches gagnantes pour freiner la propagation du virus et pour amenuiser les impacts des crises sont caractérisées par les fondements mêmes de l’action communautaire autonome (ACA), soit : les actions de proximité et l’approche globale visant la justice sociale et l’exercice des droits. En agissant localement, en allant vers les gens, en traduisant et vulgarisant les informations, les groupes communautaires sont les mieux placés pour rejoindre les personnes éloignées du réseau public. En répondant aux besoins de base des populations (aide alimentaire, livraison aux personnes isolées, soutien psychosocial, etc.), les groupes luttent pour les droits à la santé, au logement, à l’alimentation et agissent sur les déterminants sociaux de la santé et sur les facteurs de défavorisation qui sont exacerbés par la crise.

Nous ne cesserons d’insister : la crise affecte plus intensément la région de Montréal. Des actions concrètes doivent être prises dès maintenant pour répondre aux besoins criants de sa population. Après 15 mois de crise, force est de constater que le gouvernement, en refusant de reconnaître la situation particulière de Montréal et d’agir en conséquence, gouverne non pas pour l’ensemble du Québec, mais pour « le reste » du Québec.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin