logo




Facebook

Une lettre ouverte qui dénonce le démantèlements des campements à Montréal!« Ces démantèlements ont lieu dans un contexte de multiples crises: crise du logement, crise des surdoses, crise de l’accessibilité aux services de santé physique et mentale. Ces différentes crises ont été exacerbées par la pandémie de COVID-19 mais sont niées par les gouvernements. Alors qu’il manque des logements à la tonne, que ceux qui sont disponibles sont inabordables, la stratégie actuelle de tout miser sur l’accompagnement vers le logement privé à ses limites. Si parmi les solutions mises de l’avant, le logement est certainement incontournable, les conditions pour y accéder sont peu adaptées aux besoins et aux réalités des personnes en situation d’itinérance. Comme s’il suffisait de “placer” quelqu’un dans un logement pour arrêter de s’en préoccuper. »SIGNATAIRES :▪ Aurélie Broussouloux, Réseau alternatif et communautaire des organismes en santé mentale de l’Île de Montréal (RACOR en santé mentale)▪ Caroline Leblanc, T.s , M.Serv.soc. étudiante au doctorat en santé communautaire à la l’Université de Sherbrooke menant une recherche participative sur les enjeux que vivent les personnes qui n’ont pas recours aux refuges.▪ Sue-Ann MacDonald, professeure agrégée, École de travail social, Université de Montréal▪ Marie-Andrée Painchaud, Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal (RIOCM)▪ Marjolaine Pruvost, Table des organismes communautaires Montréalais de lutte contre le sida (TOMS)▪ Annie Savage, Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM)#polmtl #polqc ... See MoreSee Less
View on Facebook

.

Démanteler les campements dans un contexte de crise du logement, crise des surdoses, crise de l’accessibilité aux services de santé physique et mentale isolent les personnes et les précarisent davantage. #polmt #polqc @MTL_Ville #itinerance https://journalmetro.com/opinions/tribune-libre/2638523/se-faire-mettre-dehors-de-dehors-au-nom-dun-logement-qui-nexiste-pas/

Il est inacceptable qu'un restant de fonds de 63M$ destiné aux organismes soit retourné à Québec en raison d'obstacles administratifs. @JeanBoulet10 #polqc https://www.youtube.com/watch?v=MHZIvSQb9jM

Quelque 350 organismes communautaires en santé et services sociaux réclament un financement d’urgence pourtant débloqué, mais que des contraintes administratives ont fait reverser dans les caisses de l’État. #JDM

https://www.journaldemontreal.com/2021/05/04/fonds-durgence-les-organismes-communautaires-veulent-plus-dargent

Load More...

logo
13 mai 2015    

Retour sur le 1er mai

Manifestation de la Coalition Main Rouge au 1er mai

Le 1er mai 2015, nous avons assisté à une journée de mobilisation historique à travers tout le Québec! Tout au long de la journée, les plus de 850 organisations en grève contre l’austérité ont multiplié les actions de toute sorte pour dénoncer les politiques mises en œuvre par le gouvernement Couillard depuis son élection en avril 2014.

À Montréal, plusieurs actions de perturbation économique ont eu lieu. Tôt le matin, la Coalition syndicale du 1er mai a bloqué le chantier du CHUM pour ensuite se diriger vers le Centre de commerce mondial. Au même moment, 120 militant-e-s de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (Main rouge) bloquaient la tour Banque Nationale pendant plus de 45 minutes. La Place Ville-Marie et Québécor ont aussi été bloqués de même qu’un stationnement de véhicules du SPVM. Dans l’après-midi, des banques ont été occupées dans plusieurs quartiers de Montréal.

En plus de ces actions, de nombreuses manifestations ont eu lieu tout au long de la journée. En matinée, la Coalition Main rouge a réuni 5000 personnes qui ont marché dans le centre-ville. Différents quartiers de Montréal, notamment Côte-des-Neiges, Hochelaga-Maisonneuve, Lachine, Lasalle, Mercier, Parc-Extension, Petite-Bourgogne, Petite-Patrie, Pointe-St-Charles, St-Henri et Villeray ont aussi organisé des marches ou des actions locales. Des chaînes humaines ont été formées le matin autour de 25 écoles publiques primaires et secondaires et du piquetage a eu lieu devant divers établissements publics sur l’heure du midi.

Le RIOCM tient à remercier ceux et celles qui ont fait de cette journée un succès de mobilisation sans précédent! Devant l’arrogance du gouvernement Couillard qui refuse d’écouter les citoyen-ne-s qui sont affecté-e-s par ses mesures d’austérité, nous ne lâcherons pas!

En début de matinée : la Coalition Main Rouge bloque la tour de la Banque Nationale

La Coalition Main Rouge bloque la tour de la banque nationale

À 9h30 : une manifestation réunie 5000 personnes. Plusieurs groupes communautaires et quartiers se mobilisent.

Le communautaire était à la manifestation de la Coalition Main Rouge

Les quartiers se mobilisent pour le 1er mai

Les quartiers se mobilisent pour le 1er mai

En après-midi, la Coalition montréalaise pour la survie des services publics organise une assemblée populaire où est lu le manifeste de la colère des centres des femmes du Québec.

Lecture du manifeste de la colère des centres de femmes du Québec

Après la lecture, du tractage est organisé près du métro Beaudry avec la bannière réalisée.

Une bannière est réalisée avec des mains rouges sur lesquelles les gens écrivent leurs frustrations face à l’austérité.

tractage dans le Village après l'assemblée de la coalition montréalaise pour la survie des services publics

Détail de la bannière de la Coalition montréalaise pour la survie des services publics

Conception: Coopérative Molotov