logo




Facebook

Les directives officielles du MSSS concernant le port du masque obligatoire dans les locaux des groupes communautaires.

"Dans le cadre de la pandémie à coronavirus, le gouvernement du Québec a mis en place différentes
mesures afin de protéger la population. Le décret 810-2020 du 15 juillet 2020 portant sur le port du masque constitue une mesure de protection à laquelle les organismes communautaires sont assujettis.

En effet, les organismes communautaires qui accueillent la population sont des lieux publics fermés qui, selon leur mission, peuvent être considérés comme :
− une entreprise de services;
− un lieu où sont offerts des activités ou services culturels ou de divertissement;
− un lieu où sont pratiquées des activités sportives ou récréatives.

À ce titre, l’obligation du port du masque est applicable dans la plupart des organismes communautaires sous réserve des exceptions mentionnées dans ce décret et dans un avis du Directeur national de la santé
publique, notamment :
− avoir moins de 12 ans;
− avoir une condition médicale qui l’empêche;
− être atteint d’un trouble cognitif, d’une déficience intellectuelle ou d’un trouble du spectre de l'autisme;
− avoir un problème de toxicomanie ou un problème de santé mentale sévère;
− être assis à une distance de deux mètres d’une personne qui ne partage pas une même résidence ou qui offre un service ou un soutien.

Par ailleurs, un organisme communautaire d’hébergement est considéré comme un lieu résidentiel donc l’obligation de porter un couvre-visage ne s’applique pas. Nous recommandons toutefois que le couvre-visage soit porté dans les espaces communs notamment un hall d’entrée, une aire d’accueil ou un ascenseur.

Enfin, tous les travailleurs et bénévoles dans les organismes communautaires qui accueillent le public sont soumis aux règles applicables en matière de santé et de sécurité du travail.

La CNESST précise que, lorsque les principes de distanciation physique ne peuvent être respectés, un masque de procédure et une protection oculaire (lunettes de protection ou visière recouvrant le visage jusqu’au menton) sont fournis par l’employeur au personnel qui exécute une tâche nécessitant d’être à moins de 2 mètres d’une autre personne et en l’absence de barrières physiques.

Nous vous rappelons qu’en vertu de ce décret, un organisme communautaire qui ne ferait pas respecter le port du masque est passible d’une amende de 400 $ à 6 000 $. "
... See MoreSee Less

View on Facebook

.

Malgré les inquiétudes exprimées par les regroupements d'organismes communautaires et certaines équipes régionales de gestion du #PSOC, le ministère de la Santé et des Services sociaux est imperturbable. @sante_qc
#financement #communautaire #polQc https://t.co/x5QYFRAbRo

RIOCM@RIOCM

La reddition de comptes du fonds d’urgence #PSOC rate complètement la cible! @sante_qc
#financement #communautaire #polQc https://t.co/x5QYFRAbRo

La reddition de comptes du fonds d’urgence #PSOC rate complètement la cible! @sante_qc
#financement #communautaire #polQc https://t.co/x5QYFRAbRo

Load More...

logo
22 octobre 2014    

Un grand bond…en arrière!

Par Sébastien Rivard, coordonnateur

Vous rappelez-vous le bon vieux temps? Avant les années 1970, alors que l’État était tout petit et que l’éducation, la santé et les services sociaux relevaient des communautés religieuses, du privé ou de la charité.  Il est clair que l’actuel gouvernement du Québec est un grand nostalgique de cette époque.

Depuis l’annonce de la commission de révision permanente des programmes et de la commission d’examen sur la fiscalité québécoise, chaque jour qui passe apporte son lot d’annonces de coupes en tous genres : aide sociale, élèves en difficulté, RQAP, CPE, déficience intellectuelle, infirmières… Le Québec aurait des programmes sociaux trop généreux, nous entraînant dans une situation budgétaire qui bloque l’avenir de nos enfants? Selon Philippe Couillard, sans une « quatrième révolution »[1] nous serions voués à la banqueroute.

Mais qui donc s’occupera de ces programmes sociaux? Même si ce n’est pas encore clairement énoncé par le gouvernement, nous entrevoyons que ces missions « non-essentielles » de l’État pourraient être sorties du périmètre des services gouvernementaux pour être remis à des acteurs privés ou philanthropiques : entrepreneurs, fondations ou organismes communautaires.

Ce processus est commencé depuis quelques années,  avec la mise en place de partenariats publics privés sociaux avec la fondation Chagnon ou l’annonce récente d’un investissement de 60 millions de dollars dans la pédiatrie sociale. Certains établissements de santé recourent également aux organismes communautaires pour prendre le relais de services dont ils se départissent, notamment en déficience intellectuelle et dans les services à domicile pour les personnes âgées. L’ensemble de ces nouveaux services issus de partenariats pourraient, à terme remplacer les services sociaux publics, qui risquent de se réduire comme peau de chagrin avec la création des CISSS[2], ces méga établissements hospitalo-centristes.

Pour les services médicaux, la sortie récente du groupe Jean-Coutu qui souhaite se positionner comme gestionnaire des 50 supercliniques[3] proposées en campagne électorale par Gaétan Barette n’a rien de rassurant. La proximité du secteur pharmaceutique est les coûts exorbitants des médicaments au Québec est un des plus grands problèmes de notre système de santé.

Le Québec s’est construit une société plus égalitaire à force de luttes et de combats sociaux. Le déséquilibre fiscal dont on se sert pour justifier l’austérité est le résultat de choix politiques qui ont provoqué une concentration sans précédent des richesses dans les mains d’une poignée de mieux nantis, au détriment de l’ensemble de la société. Un vent de révolte se lève actuellement au Québec pour refuser ce programme politique. La campagne 10 milliards de solutions[4] de la Coalition opposée à la tarification et la privatisation des services publics est la voie à suivre. Les organismes communautaires font partie de ce grand mouvement!

 

Notes

[1]The Fourth Revolution – The Global Race to Reinvent the State (Penguin Press, 305 pages), écrit par deux des patrons de la revue The Economist, John Micklethwait et Adrian Wooldridge.

[2] Centres intégrés de santé et de services sociaux

[3] http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201409/28/01-4804299-jean-coutu-veut-obtenir-la-responsabilite-des-supercliniques.php

[4] http://www.nonauxhausses.org/outils/alternatives-fiscales-justes-et-equitables-pour-les-finances-publiques/

Conception: Coopérative Molotov