logo




Facebook

Les directives officielles du MSSS concernant le port du masque obligatoire dans les locaux des groupes communautaires.

"Dans le cadre de la pandémie à coronavirus, le gouvernement du Québec a mis en place différentes
mesures afin de protéger la population. Le décret 810-2020 du 15 juillet 2020 portant sur le port du masque constitue une mesure de protection à laquelle les organismes communautaires sont assujettis.

En effet, les organismes communautaires qui accueillent la population sont des lieux publics fermés qui, selon leur mission, peuvent être considérés comme :
− une entreprise de services;
− un lieu où sont offerts des activités ou services culturels ou de divertissement;
− un lieu où sont pratiquées des activités sportives ou récréatives.

À ce titre, l’obligation du port du masque est applicable dans la plupart des organismes communautaires sous réserve des exceptions mentionnées dans ce décret et dans un avis du Directeur national de la santé
publique, notamment :
− avoir moins de 12 ans;
− avoir une condition médicale qui l’empêche;
− être atteint d’un trouble cognitif, d’une déficience intellectuelle ou d’un trouble du spectre de l'autisme;
− avoir un problème de toxicomanie ou un problème de santé mentale sévère;
− être assis à une distance de deux mètres d’une personne qui ne partage pas une même résidence ou qui offre un service ou un soutien.

Par ailleurs, un organisme communautaire d’hébergement est considéré comme un lieu résidentiel donc l’obligation de porter un couvre-visage ne s’applique pas. Nous recommandons toutefois que le couvre-visage soit porté dans les espaces communs notamment un hall d’entrée, une aire d’accueil ou un ascenseur.

Enfin, tous les travailleurs et bénévoles dans les organismes communautaires qui accueillent le public sont soumis aux règles applicables en matière de santé et de sécurité du travail.

La CNESST précise que, lorsque les principes de distanciation physique ne peuvent être respectés, un masque de procédure et une protection oculaire (lunettes de protection ou visière recouvrant le visage jusqu’au menton) sont fournis par l’employeur au personnel qui exécute une tâche nécessitant d’être à moins de 2 mètres d’une autre personne et en l’absence de barrières physiques.

Nous vous rappelons qu’en vertu de ce décret, un organisme communautaire qui ne ferait pas respecter le port du masque est passible d’une amende de 400 $ à 6 000 $. "
... See MoreSee Less

View on Facebook

.

Malgré les inquiétudes exprimées par les regroupements d'organismes communautaires et certaines équipes régionales de gestion du #PSOC, le ministère de la Santé et des Services sociaux est imperturbable. @sante_qc
#financement #communautaire #polQc https://t.co/x5QYFRAbRo

RIOCM@RIOCM

La reddition de comptes du fonds d’urgence #PSOC rate complètement la cible! @sante_qc
#financement #communautaire #polQc https://t.co/x5QYFRAbRo

La reddition de comptes du fonds d’urgence #PSOC rate complètement la cible! @sante_qc
#financement #communautaire #polQc https://t.co/x5QYFRAbRo

Load More...

logo
19 mars 2015    

Éditorial : L’austérité, une recette qui ne fonctionne pas.

Par Sébastien Rivard, Coordonnateur.

Contrairement à ce qu’on croit, l’austérité n’est pas une nouvelle lubie de nos gouvernements, mais une assez vieille théorie qui a été élaborée par les économistes américains de l’école de Chicago dans les années 1980, puis expérimentée au Chili sous la dictature et par Margaret Thatcher en Angleterre.

L’idée est que le marché privé serait le mieux placé pour livrer les services à la population et que l’État doit être réduit à sa plus simple expression.

Au Québec, on a assisté à plusieurs vagues de compressions budgétaires, peu importe le parti politique au pouvoir. Rappelons-nous le déficit zéro de Lucien Bouchard, suivi de la réingénierie de l’État de Monique Jérôme-Forget et de la savoureuse « révolution culturelle » de Raymond Bachand.

Le choix du gouvernement Couillard de couper de façon drastique dans les services publics pour réduire les impôts et augmenter les tarifs (TVQ, Hydro-Québec, CPE) est inspiré de la même recette, mais cette fois-ci en version fast-food indigeste!

L’écrasante majorité des économistes, groupes sociaux et syndicats s’entendent pour dire que cette politique plongera le Québec dans une récession et qu’il faudrait trouver d’autres moyens d’équilibrer le budget. Même le FMI, qui a prôné ces politiques d’austérité pendant tant d’années, affirme désormais qu’il est temps de taxer les riches au Canada et dans l’ensemble des pays industrialisés.

Le mouvement communautaire refuse avec vigueur ces politiques qui fragilisent la population. Nous n’accepterons pas le marché de dupe qui nous est proposé par le gouvernement: remplacer le secteur public à moindre coût. Nous réclamons que soient pleinement reconnus notre rôle social et notre contribution au bien-être dans nos communautés. Nous n’accepterons plus que le gouvernement maintienne un tiers des organismes communautaires dans une situation précaire avec moins de 50 000 $ de subvention annuelle et qu’il prétende qu’il n’a pas les moyens d’investir davantage. L’austérité, nous y sommes plongés malgré nous depuis trop longtemps, et l’appel à la philanthropie n’y changera rien. Les organismes communautaires de tous les secteurs seront au rendez-vous pour les grandes et petites mobilisations du printemps.

Conception: Coopérative Molotov