logo




Facebook

Les directives officielles du MSSS concernant le port du masque obligatoire dans les locaux des groupes communautaires.

"Dans le cadre de la pandémie à coronavirus, le gouvernement du Québec a mis en place différentes
mesures afin de protéger la population. Le décret 810-2020 du 15 juillet 2020 portant sur le port du masque constitue une mesure de protection à laquelle les organismes communautaires sont assujettis.

En effet, les organismes communautaires qui accueillent la population sont des lieux publics fermés qui, selon leur mission, peuvent être considérés comme :
− une entreprise de services;
− un lieu où sont offerts des activités ou services culturels ou de divertissement;
− un lieu où sont pratiquées des activités sportives ou récréatives.

À ce titre, l’obligation du port du masque est applicable dans la plupart des organismes communautaires sous réserve des exceptions mentionnées dans ce décret et dans un avis du Directeur national de la santé
publique, notamment :
− avoir moins de 12 ans;
− avoir une condition médicale qui l’empêche;
− être atteint d’un trouble cognitif, d’une déficience intellectuelle ou d’un trouble du spectre de l'autisme;
− avoir un problème de toxicomanie ou un problème de santé mentale sévère;
− être assis à une distance de deux mètres d’une personne qui ne partage pas une même résidence ou qui offre un service ou un soutien.

Par ailleurs, un organisme communautaire d’hébergement est considéré comme un lieu résidentiel donc l’obligation de porter un couvre-visage ne s’applique pas. Nous recommandons toutefois que le couvre-visage soit porté dans les espaces communs notamment un hall d’entrée, une aire d’accueil ou un ascenseur.

Enfin, tous les travailleurs et bénévoles dans les organismes communautaires qui accueillent le public sont soumis aux règles applicables en matière de santé et de sécurité du travail.

La CNESST précise que, lorsque les principes de distanciation physique ne peuvent être respectés, un masque de procédure et une protection oculaire (lunettes de protection ou visière recouvrant le visage jusqu’au menton) sont fournis par l’employeur au personnel qui exécute une tâche nécessitant d’être à moins de 2 mètres d’une autre personne et en l’absence de barrières physiques.

Nous vous rappelons qu’en vertu de ce décret, un organisme communautaire qui ne ferait pas respecter le port du masque est passible d’une amende de 400 $ à 6 000 $. "
... See MoreSee Less

View on Facebook

.

Malgré les inquiétudes exprimées par les regroupements d'organismes communautaires et certaines équipes régionales de gestion du #PSOC, le ministère de la Santé et des Services sociaux est imperturbable. @sante_qc
#financement #communautaire #polQc https://t.co/x5QYFRAbRo

RIOCM@RIOCM

La reddition de comptes du fonds d’urgence #PSOC rate complètement la cible! @sante_qc
#financement #communautaire #polQc https://t.co/x5QYFRAbRo

La reddition de comptes du fonds d’urgence #PSOC rate complètement la cible! @sante_qc
#financement #communautaire #polQc https://t.co/x5QYFRAbRo

Load More...

logo
2 juillet 2014    

Un budget décevant pour le milieu communautaire montréalais

Le RIOCM accueille avec une grande déception le budget déposé le 4 juin dernier par le ministre des Finances, Carlos Leitão, notamment en raison de l’abandon de l’engage­ment qui avait été pris par le gouvernement pré­ cédent de rehausser le financement à la mission des OCASSS de 120 M $. Ainsi, le financement des organismes communautaires sera maintenu sans être bonifié et les groupes n’auront droit qu’à une indexation de 0,9 % pour 2014-­2015.

Comme le faisait miroiter le premier ministre au cours des se­maines précédant
le dépôt du bud­get, la tendance est à l’austérité et aucun minis­tère n’a échappé au couperet.

Du côté de la santé et des services sociaux, la croissance des dépenses devra être limitée à 3 %. Pour réaliser cet objectif, le gouverne­ment entend contrôler ses dépenses notamment en imposant des compressions de 5 M $ aux Agences de la santé et des services sociaux, en abandonnant le projet d’assurance autonomie et
en repoussant l’annulation graduelle de la taxe santé en 2017­2018. De plus, le gel des effectifs sera étendu au réseau de la santé et des services sociaux, puis les efforts d’optimisation seront maintenus. 5 M $ seront d’ailleurs consacrés au soutien à l’amélioration de la performance, c’est­à­dire à l’implantation de la méthode LEAN dans le réseau.

Du côté des mesures sociales, il faut souligner la construction de 3 000 nouveaux logements sociaux, dont 500 pour les personnes itinérantes,de même que les 8 M $ pour la reconduction du plan d’action interministériel 2010­-2013 pour lutter contre l’itinérance.

Toutefois, il faut aussi rappeler que le nombre de logements sociaux annoncé est bien en dessous des 50 000 réclamés par le FRAPRU. De plus, on ne retrouve dans le budget Leitão aucune trace de la politique nationale de lutte contre l’itinérance adoptéeen février dernier.

Pour les personnes aînées, le gouvernement octroie un crédit d’impôt de 20 % sur un montant maximal de 200 $ consacré à des activités physiques, artistiques, culturelles ou récréatives. Si la mesure semble intéressante,il faut mentionner que le montant maximum qui peut être reçu par une personne est de 40 $ par année.

Au niveau des tarifs, il en coûtera désormais 7,30 $ par jour pour envoyer son enfant à la garderie. Bien qu’aucune autre hausse ne figure au budget, la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics rappelle que la population du Québec doit composer avec les impacts des tarifications importantes des budgets précédents sur lesquelles le ministre des Finances n’a pas reculé.

Le budget du Québec 2014 en bref

  • Aucun rehaussement de financement pour les organismes communautaires
  • Indexation de 0,9 % du PSOC
  • Limite des dépenses à 3 % pour le ministère de la Santé et des Services sociaux
  • Compressions budgétaires de 5 M $ dans les Agences de la santé et des services sociaux
  • Abandon du projet d’assurance autonomie
  • Report de l’élimination de la taxe santé
  • Gel des effectifs dans le réseau de la santé et des services sociaux
  • 5 M $ pour la poursuite des programmes d’optimisation (LEAN)
  • 3 000 nouveaux logements sociaux, dont 500 pour les personnes itinérantes
  • 8 M $ pour la reconduction du plan d’action interministériel 2010-2013 pour lutter contre l’itinérance
  • Aucune trace de la politique nationale de lutte contre l’itinérance adoptée en février dernier
  • Crédit d’impôt pour les activités physiques, artistiques, culturelles ou récréatives des personnes aînées (montant maximum de 40 $ par personne par année)
  • Hausse de tarif des garderies à 7,30 $

 

Conception: Coopérative Molotov