logo




Facebook

Une lettre ouverte qui dénonce le démantèlements des campements à Montréal!« Ces démantèlements ont lieu dans un contexte de multiples crises: crise du logement, crise des surdoses, crise de l’accessibilité aux services de santé physique et mentale. Ces différentes crises ont été exacerbées par la pandémie de COVID-19 mais sont niées par les gouvernements. Alors qu’il manque des logements à la tonne, que ceux qui sont disponibles sont inabordables, la stratégie actuelle de tout miser sur l’accompagnement vers le logement privé à ses limites. Si parmi les solutions mises de l’avant, le logement est certainement incontournable, les conditions pour y accéder sont peu adaptées aux besoins et aux réalités des personnes en situation d’itinérance. Comme s’il suffisait de “placer” quelqu’un dans un logement pour arrêter de s’en préoccuper. »SIGNATAIRES :▪ Aurélie Broussouloux, Réseau alternatif et communautaire des organismes en santé mentale de l’Île de Montréal (RACOR en santé mentale)▪ Caroline Leblanc, T.s , M.Serv.soc. étudiante au doctorat en santé communautaire à la l’Université de Sherbrooke menant une recherche participative sur les enjeux que vivent les personnes qui n’ont pas recours aux refuges.▪ Sue-Ann MacDonald, professeure agrégée, École de travail social, Université de Montréal▪ Marie-Andrée Painchaud, Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal (RIOCM)▪ Marjolaine Pruvost, Table des organismes communautaires Montréalais de lutte contre le sida (TOMS)▪ Annie Savage, Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM)#polmtl #polqc ... See MoreSee Less
View on Facebook

.

Il est inacceptable qu'un restant de fonds de 63M$ destiné aux organismes soit retourné à Québec en raison d'obstacles administratifs. @JeanBoulet10 #polqc https://www.youtube.com/watch?v=MHZIvSQb9jM

Quelque 350 organismes communautaires en santé et services sociaux réclament un financement d’urgence pourtant débloqué, mais que des contraintes administratives ont fait reverser dans les caisses de l’État. #JDM

https://www.journaldemontreal.com/2021/05/04/fonds-durgence-les-organismes-communautaires-veulent-plus-dargent

Les organismes en santé et services sociaux de Montréal somment Québec de leur octroyer un financement d'urgence en lien avec la pandémie. Malgré les besoins qu'ils ont démontrés maintes fois, leurs demandes demeurent ignorées. #polqc @CarmantLionel https://www.newswire.ca/fr/news-releases/les-organismes-communautaires-de-montreal-reclament-des-fonds-d-urgence-qui-repondent-a-leurs-besoins-895645911.html

Load More...

logo

Manifestation à Montréal pour du logement social

Regroupement Information Logement (RIL) et Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

08/05/2021

Alors que nos loyers explosent et que les spéculateurs gentrifient nos quartiers à coups de rénovictions, le gouvernement de François Legault refuse de reconnaitre la crise du logement. Dans son dernier budget, il n’y a que des miettes pour le logement social. Pour ajouter l’insulte à l’injure, François Legault s’est montrer ouvert à injecter des millions $ de fonds publics pour la construction d’un nouveau stade au Bassin Peel, non seulement inutile, mais nuisible, dans un quartier où les besoins en logement sont criants. Quelle insolence !

Les crises du logement perdurent et s’aggravent partout au Québec. 100 000 ménages locataires montréalais ont des besoins impérieux de logement. Trouver un logement bon marché est devenu une quête désespérante et la discrimination est courante.

Dans ce contexte, l’augmentation des tactiques frauduleuses de reprises et d’éviction de la part des propriétaires pour forcer les locataires à quitter leur logement afin d’en augmenter le loyer est inquiétante. De nombreux locataires sont à risque de se retrouver sans logis étant incapable de trouver un logement qu’ils soient capables de payer. Depuis trop longtemps, le logement est considéré comme une marchandise, une occasion d’affaire et de profits. Le sous-financement du logement social et le manque de régulation alimente les crises de logement vécus par les locataires.

Les réponses du gouvernement Legault aux crises du logement sont insuffisantes, et même indécentes. Ses investissements ne permettront de livrer que 6000 des 11 000 logements sociaux déjà programmés mais toujours pas réalisés, plus une maigre programmation 500 nouvelles unités livrées d’ici 4 ans, pour tout le Québec.

Dans la perspective de la socialisation du parc de logement locatif, le gouvernement de Legault doit investir toutes les sommes nécessaires pour augmenter la proportion de logements sociaux au Québec, notamment en réalisant 22 500 logements sociaux sur 5 ans à Montréal.

https://www.facebook.com/events/1546062032259455

Conception: Coopérative Molotov